10 questions avec... Laura Guido-Clark

10 questions avec... Laura Guido-Clark

LGC : J'ai grandi à Dearborn, dans le Michigan. J'ai étudié le design à la Wayne State University, au cœur de Détroit, qui a eu une grande influence sur moi. Détroit m'a appris à faire preuve d'ingéniosité, à trouver le potentiel en toute chose et à voir comment de petits changements peuvent changer la perception du monde qui m'entoure.

ID : Comment avez-vous fini par travailler dans ce domaine ?

LGC : J'ai toujours aimé le design. Quand j'étais petite fille, j'ai vu le Magicien d'Oz et j'ai su que la couleur était transformatrice. J'ai étudié le design à l'université et j'ai déménagé en Californie peu après. J'ai commencé ma carrière dans le service clientèle et dans la vente de produits de design. J'ai appris ce qu'il y avait sur le marché et, surtout, ce qui manquait. Peu de temps après, j'ai dirigé l'équipe de conception d'une jeune entreprise textile et j'ai créé ma propre entreprise trois ans plus tard. Avoir ma propre entreprise m'a permis de réfléchir au monde plus vaste de la matérialité. J'ai dépassé le marché du mobilier contractuel pour m'intéresser aux produits de design industriel et au monde de l'automobile.

ID : Comment la couleur communique-t-elle différemment selon les industries ?

LGC : Dans les intérieurs, elle vous guide dans l'espace et représente un passage du temps. C'est la structure de soutien pour créer des environnements plus humanistes basés sur ce qui est nécessaire. Dans la technologie, dans le produit, elle transmet un sentiment de connexion à l'utilisateur. Et au sein de la technologie, la couleur peut vous guider à travers les fonctionnalités de manière intuitive.

ID : Comment la couleur stimule-t-elle les ventes des marques ? Et comment aidez-vous ces marques à comprendre le pouvoir de la couleur ?

LGC : Il est important de comprendre que la couleur ne crée pas seulement une impression mais une connexion émotionnelle. Mon rôle est de comprendre les besoins de mes clients et ce qu'ils essaient de communiquer et de déterminer comment la couleur, le matériau et la finition peuvent transmettre cela. Je lui présente les options et les possibilités qui s'offrent à lui et j'ouvre un dialogue sur ses intentions. Cela permet de guider le processus et de garantir un résultat significatif.

ID : Quels sont vos projets récents ?

LGC : Je suis en train de lancer ma passion de toujours, un nouvel outil d'apprentissage des couleurs et un système de navigation appelé Love Good Color. La refonte du fauteuil Aeron de Herman Miller a été un nouveau projet passionnant sur lequel j'ai travaillé - nous avons créé deux nouvelles couleurs, matériaux et finitions. Nous lancerons bientôt une nouvelle collection textile One on One pour Herman Miller, et nous travaillons sur de nouveaux projets avec Adelene Simple Cloth et Ultrafabrics.

ID : Parlez-moi de Love Good Color. Comment aide-t-il les designers à utiliser la couleur ?

LGC : Love Good Color est une nouvelle méthodologie, un atelier et un outil de couleur basé sur l'émotion. Nous avons décodé les composants sensoriels de la couleur et les avons réassemblés dans un nouvel outil qui permet aux designers de comprendre, d'itérer et de communiquer la couleur d'une toute nouvelle manière.

ID : Quelle personne, quel lieu ou quelle chose - dans l'industrie ou ailleurs - vous inspire ?

LGC : Je suis constamment inspirée par les enfants - ils ont une façon étonnante de s'approprier ce qu'ils sont et d'être présents. Leur curiosité est intacte et ils considèrent généralement que le monde est plein de bonté, de potentiel et de plaisir.

ID : Une source secrète que vous êtes prête à partager ?

LGC : Une librairie ou une bibliothèque locale. Il existe une quantité illimitée d'informations et je pense que ces deux sources ont besoin du soutien de la communauté.

ID : Un objet dont vous ne pourriez pas vous passer ?

LGC : Mon jardin. Il me permet de me connecter avec la terre et me rappelle que la nature est merveilleuse.